• Social

J’apporte mon soutien à la crêche Babyloup après le jugement de la Cour de Cassation

Mardi 19 mars 2013, la Cour de cassation a pris la décision regrettable d’annuler le licenciement d’une employée de la crèche Babyloup qui avait refusé d’ôter son voile sur son lieu de travail. 

La décision de la cour ouvre une brèche inquiétante dans le droit français car elle empêche des structures privées de garantir dans leur fonctionnement le respect de la laïcité, valeur essentielle de la République.

La crèche Babyloup effectue un travail remarquable dans le quartier de la Noé à Chanteloup-les-Vignes. Elle accueille 24h/24, sept jours sur sept des enfants de toutes origines dans un refus complet du  communautarisme. Son action répond par ailleurs à des besoins très spécifiques qui sont ceux des travailleurs en horaires atypiques. Elle permet aux parents, et particulièrement aux femmes élevant seules leurs enfants, de concilier leur activité professionnelle et leur vie familiale.

Si la loi a permis aux juges de prendre cette décision qui me semble contraire à l’intérêt général, il est donc du devoir des parlementaires de conforter la laïcité dans la législation française.

Je mènerai cette action au Sénat avec détermination et j’invite tous mes collègues parlementaires qui, comme moi, font de la laïcité une valeur essentielle de leur engagement, à me rejoindre dans cette initiative.

Lire le communiqué cosigné de Luc CARVOUNAS, nous appellons à une loi étendant l’obligation de laïcité aux structures privées en charge de la petite enfance

Signez la pétition de soutien à la crêche Baby Loup.

 

Un siècle de lutte : 08 mars journée de la femme

A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, CONFLANS s’est mobilisée comme chaque année, pour rappeler à chacun que l’inégalité femmes – hommes est une problématique qui restreint le progrès de notre société et qu’il ne suffit pas d’agir une journée par an.

Depuis de nombreuses années déjà, que ce soit, dans mes actions ou dans mes valeurs politiques, j’ai fais de l’égalité des sexes une de mes priorités. Que ce soit au sein des services de la Mairie, dans mon quotidien ou encore dans ma carrière politique, je me suis toujours attaché à l’importance de l’égalité des droits et de la place pleine et entière que les femmes occupent dans notre société.  Cette journée n’est pas une fête mais plutôt l’occasion pour que chacun de s’interroger et de faire progresser l’égalité.

Depuis 2008, les collectivités de Poissy, Achères et Conflans-Sainte-Honorine se sont déjà engagées envers les femmes victimes de violences, en mettant en place un dispositif d’accompagnement social et en offrant pas moins de dix logements répartis sur les 3 villes. Ce projet intercommunal novateur, travaillé par les 3 Maires et leurs adjoints vient compléter les mesures difficilement applicables visant à assurer l’éloignement du conjoint(e) violent(e), et pallier le déficit de protection et d’hébergement. Ces « Logements passerelles » dédiés aux victimes et à leurs enfants offrent le double avantage de proposer à la fois une mise à l’abri sur une autre commune si cela s’avère nécessaire, et un accompagnement social, psychologique et juridique des victimes des violences conjugales. Ce dispositif est l’une des nombreuses valeurs ajoutées de l’alliance P.A.C., moyens humains et matériels mis en commun dont bénéficient les 100 000 habitants de ce territoire.

Depuis 1977, cette journée est célébrée en France et dans le monde. Cette année, la ville de Conflans-Sainte-Honorine a accueilli une exposition « Slogans » empruntée à la ville de la Poissy et créée par le collectif  « femmes de Poissy ». Une vingtaine de panneaux ont été exposés dans plusieurs lieux municipaux, parfois abruptes ou humoristiques, les slogans se veulent accrocheurs et réalistes pour affirmer que l’égalité femmes-hommes est une priorité mais aussi une condition pour faire progresser notre société.

 

Hébergements d’urgence : j’alerte sur la situation critique de Conflans !

Conflans et Les Mureaux sont les deux villes du département qui prennent en charge l’essentiel du besoin en hébergement d’urgence sur le département. À Conflans, ce ne sont pas moins de sept hôtels qui sont utilisés à cet effet pour accueillir une population toujours plus nombreuse et prise en charge par les services sociaux de la Ville et les associations. Cet afflux créé par une gestion extrêmement contestable du SAMU social (115) conduit à un engorgement des services concernés et représente une charge financière très lourde pour la Ville. Cette situation peut par ailleurs être ponctuellement à l’origine de quelques troubles de l’ordre public.

Le préfet des Yvelines est d’ailleurs conscient de cette situation inacceptable pour Conflans et a demandé à la préfecture de région d’y remédier. Les institutions doivent désormais réagir et faire cesser cet état de fait.

D’autant que Conflans subit également l’arrivée importante de personnes en situation de grande précarité qui sont accueillies par l’association La Pierre blanche. Il est évident que les effets conjugués de la mauvaise gestion du 115 et de l’activité La Pierre blanche sont très préjudiciables à la Ville qui ne peut pas accueillir toute la misère du monde et qui prend déjà largement sa part avec notamment un CADA sur son territoire, le port Saint-Nicolas, le Clos de Rome et le centre de santé.

Les efforts dans ce domaine devraient être répartis plus équitablement sur l’ensemble de la région, ce serait plus acceptable pour les communes concernées et certainement aussi profitable aux bénéficiaires qui seraient alors pris en charge par des services sociaux moins débordés.

Félicitations aux médaillés !

J’ai eu l’honneur vendredi 12 octobre 2012, d’accueillir près de 150 conflanais pour la traditionnelle cérémonie de remise des diplômes de la médaille d’honneur du travail.

Il existe quatre échelons de cette récompense : Argent pour 20 ans de travail, Vermeil pour 30 ans, Or pour 35 ans et Grand Or pour 40 ans. Aujourd’hui, c’est près de 300 000 médailles qui sont décernées chaque année.

Quel que soit leur grade au sein des médaillés du travail, je tiens à leur rappeler le symbole qu’il constitue dans le monde d’aujourd’hui. Le travail représente tellement pour chacun de nous. Nécessité vitale, besoin social, devoir et droit, le travail est tout cela à la fois.

Mais le travail, c’est aussi un devoir : celui de contribuer à la réussite du vivre ensemble, de la vie de la cité, du politique au sens noble du terme. Même si cela peut paraître évident et naturel, presque banal, se lever tous les matins pour se rendre sur son lieu de travail, c’est renforcer, chaque jour un peu plus, le socle sur lequel repose notre société tout entière.

A Conflans, nous nous sommes saisies de longue date de cette thématique. Nous proposons de larges services dédiés à la recherche d’un emploi et à la réorientation professionnelle. Et au cœur de cette mobilisation, la lutte contre le chômage des moins de 25 ans, sachant que le taux de chômage dans cette catégorie est très nettement supérieur aux autres.

La Ville s’est dotée d’un service municipal important chargé du Développement économique et de l’Emploi, qui œuvre au quotidien pour l’insertion professionnelle des Conflanais. Il assure la cohérence et la coordination de tous les acteurs mobilisés pour l’emploi.

Parmi les dispositifs d’aide à l’emploi proposés, la Mission Locale joue un rôle essentiel auprès des jeunes. Elle oriente et guide les jeunes de 16 à 25 ans déscolarisés dans leur insertion professionnelle et sociale.

L’Espace Info Jeune « le 5 » ouvert depuis septembre 2012, est également dédié à l’écoute des jeunes, il accompagne dans la recherche d’emploi, jobs d’appoint, etc…

Chaque année, deux forums sont organisés à Conflans, l’un consacré à l’emploi, dont la 9ème édition s’est déroulée le 09 octobre dernier. Sa vocation est de mettre en relation les demandeurs d’emploi avec les entreprises. Le Forum de l’emploi, se solde tous les ans par 50 embauches en moyenne.

L’autre forum, est dédié à la formation. Il s’adresse aux jeunes et aux adultes qui cherchent à se reconvertir.

Si de nos jours avoir du travail est une chance, ce n’est sûrement pas une raison pour ne pas reconnaître le mérite de ceux qui, durant de longues années, ont contribué chacun à leur poste à l’activité économique et à la prospérité de notre pays. Et, il n’est que justice de savoir reconnaître, de saluer et d’honorer publiquement, à travers une manifestation comme celle-ci, 20 ans, 30 ans, 35 ans et 40 ans de travail.

Félicitations donc à vous tous et merci de tout le travail accompli.

Mon rapport sur le projet de loi du logement social au Sénat

Mardi 11 septembre 2012, le Sénat a débuté l’examen du premier texte de la session extraordinaire : le projet de loi relatif à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social.

 

 

Ce projet de loi correspond à des engagements de campagne de François HOLLANDE. Il prévoit notamment la mise à disposition de terrains de l’Etat et de ses établissements publics à destination des collectivités locales, de manière à rendre du foncier disponible pour la construction de logements. Il modifie également la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) et renforce les obligations, pesant sur les collectivités locales, de construction de logements sociaux : d’une part en portant cette obligation de 20% à 25% ; d’autre part en affermissant les sanctions financières prises à l’encontre des collectivités récalcitrantes ne respectant pas la loi.

Enfin, le troisième volet de la loi porte de manière plus précise sur le Grand Paris. La Commission du Développement durable, des infrastructures, de l’équipement et de l’aménagement du territoire du Sénat, s’est donc saisie de ce volet du projet de loi et m’a confié le soin d’élaborer un rapport en tant que vice-président de cette commission.

Après avoir présenté mon rapport devant la Commission mardi matin, je suis intervenu en séance publique l’après-midi, saluant alors l’initiative de Cécile DUFLOT, Ministre de l’égalité des territoires et du logement. En effet, cette dernière s’était engagée cet été devant la chambre haute à reprendre certaines propositions des Sénateurs socialistes franciliens sur le Grand Paris, ce qui était précisément l’objet de ce volet du projet de loi.

Comme je l’ai souligné, le nouveau dispositif modifie les Contrats de développement territorial (CDT) créés par la loi sur le Grand Paris, principalement sur trois points. D’abord, leur délai de conclusion est allongé et porté au 31 décembre 2013, afin de donner davantage de temps aux acteurs locaux, pour aller au bout de la concertation préalable et conduire avec succès cette démarche. Ensuite, la Région Ile-de-France et les Départements concernés se voient ouvrir la possibilité de devenir, s’ils le souhaitent, signataires de ces contrats. Enfin, une meilleure articulation est prévue entre les principes directeurs contenus dans le Schéma directeur de la Région Ile-de-France (SDRIF) et les projets structurels portés par les CDT.

Devant l’hémicycle, j’ai noté en tant que rapporteur, que l’économie générale de ces dispositions consiste en une idée-force, qui est l’approfondissement de la logique partenariale et contractualisée des CDT.  En particulier, je considère que  le SDRIF a vocation à devenir un objet de référence, évidemment non exclusif, mais indiquant une direction utile, dans les priorités déterminées par les CDT. De leur côté, les CDT pourront prendre appui sur le diagnostic territorial contenu dans le SDRIF pour l’enrichir et le nourrir des dynamiques de développement local.

Conscient des enjeux d’aménagement qui se posent en Ile-de-France autour des grands projets d’infrastructures pour les années à venir, comme c’est par exemple le cas sur le territoire de la Confluence avec l’émergence du port d’Achères et le prolongement de l’A104 à l’ouest de Paris (bouclage de la Francilienne), j’ai précisé ma conception de ces différents outils de programmation et de leur articulation, en effet ces deux outils seront complémentaires, tant que l’on veillera à respecter les logiques de territoires, les enjeux locaux et les grands projets d’aménagement portés par les acteurs proches du terrain.

Forum des associations – le rendez-vous de la rentrée

Le forum des associations, demeure le rendez-vous incontournable de la rentrée. La ville de Conflans-Sainte-Honorine propose aux conflanais, une journée de découverte, de partage et d’animations de la vie associative, rue du Maréchal Ney.

J’ouvrirai officiellement l’édition 2012 du Forum des Associations à 10h, le samedi 08 septembre 2012, date proche de la rentrée scolaire pour faciliter les démarches de début d’année. Au fil des années, cette manifestation reste un moment fort de la ville, qui favorise les échanges entre associations et habitants.

Par cet évènement, je réaffirme mon soutien à la vie associative conflanaise. Il s’agira notamment de développer l’accompagnement dans la promotion des nombreuses activités sportives, culturelles, artistiques, éducatives et sociales, des pratiques qui enrichissent au quotidien la ville. C’est aussi l’occasion de mettre en avant les associations locales et de valoriser l’action des bénévoles qui les font les vivre.

Près de 130 associations y seront représentées. Cette année encore, accompagnée des sapeurs pompiers et de la Police municipale, la Prévention Routière s’invite au forum pour réunir parents et enfants, afin de les sensibiliser, autour de démonstrations et d’animations, aux dangers de la route.

Pour moi, cette manifestation constitue un évènement important. Elle traduit mon engagement et mon soutien au tissu associatif, véritable richesse conflanaise qui explique aussi pour une grande part, la cohésion sociale, et l’innovation qui caractérise Conflans-Sainte-Honorine. Véritable partenaire dans la quasi-totalité des interventions évènementielles de la ville, le monde associatif contribue à l’exercice de la démocratie et au développement des solidarités.

Une rentrée sous le signe du partage et de la solidarité.

Le couperet est tombé !!

Je soutiens et reste plus que jamais solidaire des salariés du Groupe PSA Peugeot, suite à l’annonce du 12 juillet dernier, annonçant un plan social d’une grande ampleur.

Déjà en novembre 2011, je suis  intervenu lors des questions d’actualité au Gouvernement pour dénoncer ce que j’ appelais à l’époque « un plan social qui ne dit pas son nom ». Ils annonçaient déjà 6 000 suppressions de postes en Europe, dont 3 900 en France. 

L’absence de stratégie de l’ancien Gouvernement ne s’est jamais réellement attaquer au redressement économique et industriel de nos entreprises et de notre pays, je considère donc, qu’aujourd’hui nous vivons directement les conséquences de cet aveuglement, différées, probablement pour des raisons électorales.Un plan de soutien à l’industrie automobile doit être présenté le 25 juillet par le Ministre du redressement productif.

Je fonde beaucoup d’espoir sur un plan à portée réellement stratégique pour aider la filière automobile française, c’est la clé pour maintenir l’emploi.

Lire le communiqué de presse du 19 juillet 2012

 

Un programme multi-sites aux multiples avantages…

Conflans a vu naître le nouveau programme multi-sites de logements individuels et collectifs de la ville.

Mes actions et mes positions se sont toujours inscrites dans une politique de mixité sociale en mêlant logements privatifs et sociaux tout en respectant le taux de 20 %, requis par la Loi Solidarité et Renouvellement Urbain, Conflans atteint précisément 20,73% dans ce domaine.

Cette réalisation s’engage également contre la précarité énergétique dans une perspective d’amélioration de l’habitat.

Ce programme composé de 11 maisons individuelles, de 24 logements collectifs et d’un commerce s’inscrit dans une démarche de développement durable puisque l’opération bénéficie de la certification THPE 2005 « Habitat et Environnement », de ce fait les maisons ont été réalisées en ossature en bois sur dalle de béton et tous les logements ont été équipés de chaudières à gaz à condensation et panneaux solaires pour l’eau chaude sanitaire.

Dotée à ce jour de 2 912 logements locatifs sociaux, ce nouveau concept novateur vient s’ajouter aux nombreux logements déjà existants sur la ville.

La PAC continue d’agir en faveur des victimes de violences…

Les logements passerelles sont un projet intercommunal novateur, travaillé par le Maire de Poissy, Frédérik Bernard, le Maire d’Achères, Alain Outreman et moi-même, ainsi que nos adjointes Anne Marie Vinay, Gaétane Pinier, Véronique Lehmann. Ce projet vient compléter les mesures difficilement applicables visant à assurer l’éloignement du conjoint(e) violent(e), et pallier le déficit de protection et d’hébergement. Les « Logements passerelles » dédiés aux victimes et à leurs enfants offrent le double avantage de proposer à la fois une mise à l’abri sur une autre commune si cela s’avère nécessaire, et un accompagnement social, psychologique et juridique des victimes des violences conjugales.

Par une lettre commune, le 27 avril 2011 nous avions sollicité un rendez-vous auprès de Monsieur Alain SCHMITZ, Président du Conseil général des Yvelines. Ce n’est que le 6 octobre qu’une réponse nous est parvenue : ce courrier ne répondait pas à la question posée et aucune date de rendez-vous n’était proposée.

Une nouvelle sollicitation, datée du 12 avril 2012 reste jusqu’à ce jour sans réponse, cela empêche l’installation du partenariat Villes-Conseil général que nos trois communes souhaitent mettre en place.

A ce jour, faute du soutien du Conseil Général des Yvelines, le projet intercommunal se trouve bloqué et les victimes restent sans réponse adaptée alors même que les chiffres délivrés par les services municipaux et les services de Police sont en constante augmentation.

Nous n’acceptons pas que les intérêts des Yvelinois puissent être bafoués, Frédérik BERNARD, Alain OUTREMAN, moi-même et nos élues, en appellent au Conseil Général et à son président Alain SCHMITZ au titre de leur compétence en matière d’action sociale.

Nous demandons qu’une solution partenariale soit trouvée afin que ce projet dédié aux victimes de violences conjugales aboutisse en 2012 et permette aux familles de sortir de cette spirale traumatisante et de se reconstruire dans un environnement apaisé et digne. Lire le Communiqué de Presse du 27 juin 2012

Repas de quartier

Dimanche 10 juin 2012, partage d’un repas entre habitants d’un même quartier de conflans (Rue du Repos), je suis très content de partager avec les conflanais ces moments intenses de partage, d’écoute et de convivialité…

Rss Feed Tweeter button Facebook button